Politiques migratoires en Europe contemporaine

(PL)

Politiques migratoires en Europe contemporaine

Varsovie, le 30 octobre 2017
55 rue Dobra, salle 1.007
Traduction simultanée franco-polonaise

Le colloque Politiques migratoires en Europe contemporaine a pour objectif de promouvoir l’étude des migrations du point de vue des politiques publiques. Plusieurs raisons sont à la source de ce projet, y compris l’inquiétude montante face aux vagues migratoires en Europe centrale : une grande partie de la population locale a eu le sentiment d’un désarroi de l’Europe et de ses nations face à ce phénomène. Il était temps de mener une réflexion sur les politiques existantes, leurs limites et les dangers qui y sont liés.

Les politiques migratoires sont un « catalogue d’instruments utilisés et créés par l’État ou ses composantes, comprenant à la fois des formes passives et actives de gestion de l’immigration et de l’émigration » (Maciej Duszczyk). Bien que peu développées en Pologne, les analyses en ces termes doivent être présentées dans une perspective plurielle, analytique et historique. Dans un monde où la mobilité devient facile, la gestion de la migration se complique. Nous allons nous concentrer avant tout sur les politiques migratoires relevant de trois domaines principaux : la politique générale relative à l’entrée et au séjour des étrangers (1) ; la politique spéciale incitative/dissuasive d’entrée sur le territoire à l’égard de certaines catégories d’étrangers, entre autres, afin d’y occuper des emplois (2) et les politiques d’intégration (3).

La gestion de la migration a un caractère politique, qu’il soit analysé du point de vue des processus de la mondialisation ou de celui du calcul individuel. Il a été montré, par ailleurs, que les politiques migratoires ont une réelle efficacité. Aristide Zolberg restait convaincu que la politique migratoire est l’un des déterminants les plus importants des processus migratoires. Actuellement, les migrations sont, de plus en plus souvent, étudiées à partir du rôle de l’État, de la communauté politique, des institutions, des groupes d’intérêts ou du pouvoir. Les migrations, en tant que formes de mobilité spatiale, correspondent à l’une des dimensions du monde contemporain (Paweł Kaczmarczyk). Mais Catherine Withol de Wenden remarque que les problématiques de la migration et de la globalisation sont des phénomènes à caractère politique, économique, social et culturel, qui provoquent la transformation des États-nations et font émerger des réseaux différenciés, transnationaux et transcontinentaux, mais aussi régionaux et locaux. « Sur le fond des migrations globales se dessinent des prémisses fondamentales de tous les flux de populations — un jeux d’intérêts et un bilan des coûts et profits. Les migrants ne sont pas les seuls protagonistes de ce jeu ; les entreprises qui les emploient, les organisations qui s’en occupent et les États en font aussi partie. Mais la politique migratoire et les tentatives de gestion à l’échelle internationale et supranationale apparaissent comme son élément le plus évident. » (Marek Okólski). Face à ces phénomènes, les institutions étatiques, éventuellement européennes, jouent un rôle de régulateur.

Le programme de la conférence se veut interdisciplinaire, réunissant les différentes sciences sociales du politique. La première session sera, en conséquence, consacrée aux politiques migratoires, en leur redonnant leur profondeur historique, en nous limitant à l’histoire contemporaine et aux phénomènes actuels. Par le passé, les régimes totalitaires ont utilisé des politiques migratoires comme instrument de pouvoir, avec des conséquences parfois dramatiques (voir les recherches de Catherine Gousseff). Notre second panel sera dédié aux défis contemporains que pose la politique migratoire aux pays européens tandis que le troisième panel abordera la politique migratoire de l’Union européenne, sujet politique supranational, par excellence. Enfin, notre dernier panel sera dédié aux acteurs non-étatiques (par ex. des organisations et associations citoyennes, des milieux d’affaires, etc.) dans l’activation, la conceptualisation, l’implantation et l’évaluation des politiques migratoires nationales et supranationales.

Programme

9.15–9.45 Ouverture
Pierre Lévy, Ambassadeur de France en Pologne
Maciej Duszczyk, Vice-président de l’Université de Varsovie

9.45–10.45 Introduction
Président de séance : Nicolas Maslowski
Maciej Duszczyk, Vice-président de l’Université de Varsovie « Les défis migratoires actuels — Pologne, Europe, monde »
Catherine Wihtol de Wenden, Professeur à l’Institut d’Études Politiques de Paris « Vision d’avenir concernant les politiques migratoires en Europe »

10.45–12.15 Les politiques migratoires en Europe dans une perspective historique
Président de séance : Maciej Duszczyk
Catherine Gousseff, Directrice du Centre Marc Bloch « La Pologne en déplacements : une expérience migratoire spécifique de l’Europe centrale au XXe siècle »
Jacek Tebinka, Professeur à l’Université de Gdansk « Les Polonais dans la politique migratoire de la Grande Bretagne. De la Seconde Guerre mondiale à l’adhésion de la Pologne à l’Union Européenne »
Philippe Rygiel, Professeur à l’ENS Lyon « États et migrants en Europe avant 1945 »

12.15–12.30 Pause-café

12.30–13.30 Les politiques migratoires nationales face aux défis contemporains
Président de séance : Paweł Kaczmarczyk
Hervé Le Bras, Directeur de recherche à l’EHEES « Immigration et populisme »
Magdalena Lesińska, Professeur à l’Université de Varsovie « La fonction politique de la diaspora : les émigrants peuvent-ils influencer la politique de l’État d’origine ? »

13.30–14.30 Pause-déjeuner

14.30–16.30 La politique migratoire de l’Union européenne face aux défis contemporains
Présidente de séance : Catherine Wihtol de Wenden
Fabrice Leggeri, Directeur de Frontex « Schengen face aux défis migratoires et sécuritaires : quelles réponses ? »
Paweł Kaczmarczyk, Dyrektor Ośrodka Badań nad Migracjami UW « Les migrations et le marché du travail — les politiques migratoires et la réalité migratoire de l’UE »
Marta Pachocka, Professeur à la Szkoła Główna Handlowa de Varsovie « L’influence de la crise des migrants et des réfugiés en Europe, depuis 2014, sur la politique de l’UE relative à la migration, à l’asile et à la gestion des frontières »
Agnieszka Kulesa, Chercheuse au CCFEF, Université de Varsovie « Le coeur ou la raison ? Les origines de l’engagement de la Pologne dans la politique migratoire de l’Union Européenne »

16.30–16.45 Pause-café

16.45–17.45 Le rôle des acteurs non-étatiques dans la définition des régimes migratoires
Présidente de séance : Catherine Gousseff
Aurélie Ponthieu, Responsable migration forcée MSF « L’impact de la mixité des flux migratoires sur les politiques d’accueil et de contrôle aux frontières : l’expérience de Médecins sans Frontières »
Dorota Heidrich et Justyna Nakonieczna-Bartosiewicz, Institut des Relations Internationales, Université de Varsovie
« Les modèles d’action des acteurs transnationaux dans le domaine des politiques migratoires dans les situations de crise — l’exemple de l’activité de Amnesty International »

17.45–18.30 Discussion et Conclusions
Nicolas Maslowski, Directeur du CCFEF


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.