Compte-Rendu du colloque Politiques Migratoires

(PL)

par Kinga Torbicka

Le 30 octobre 2017 a eu lieu le colloque « Politiques migratoires en Europe contemporaine » organisée par le Centre de Civilisation française et d’études francophones de l’Université de Varsovie.

Monsieur l’Ambassadeur de la France en Pologne Pierre Lévy a ouvert le colloque. D’après lui l’histoire de la migration est au fondement de l’État français. La France, dès le début, se créa sur des fondements de multiculturalisme mais la nature de ses politiques migratoires reste un sujet « politiquement sulfureux ». Selon Pierre Lévy, la France et la Pologne ont des histoires différentes quant à la création de l’État et de la Nation. Il souligne le rôle des institutions de l’Église et des ONG dans la création des politiques migratoires dans le monde contemporain. Monsieur l’Ambassadeur pose des questions auxquelles les spécialistes et les scientifiques devraient apporter des réponses durant ce colloque. Quelles politiques migratoires devraient être définies et comment les mettre en oeuvre ? Quelles réponses trouvons-nous aujourd’hui aux flux migratoires en Europe ? Les différents instruments que l’UE met en place sont très importants, dont les nombreuses actions de Frontex. Toutes ces solutions mises en place dans le cadre européen et par les États membres devraient être en accord avec les principes de solidarité et de responsabilité ainsi que sous l’égide de l’adage « le développement créé le mouvement ».

Maciej Duszczyk, Vice-président de l’Université de Varsovie, a ensuite souligné le rôle de la Pologne en tant que pays de migrations. En 2016, un million d’Ukrainiens se trouvent en Pologne. Selon lui, il existe ici une dissonance cognitive : en Pologne (à la différence de la France), il n’y a pas ni de définition ni de tradition de politique migratoire. Afin de bien définir cette politique, un dialogue entre les scientifiques et les politiques est indispensable. Ce n’est qu’ensuite qu’une position commune polonaise pourrait être présentée dans les discussions européennes. D’après Maciej Duszczyk, en accueillant de plus en plus migrants de l’Est « nous, les Polonais, nous payons notre dette envers les Allemands et les Français qui ont accueilli les migrants polonais à l’époque ». Il souligne également que l’Église catholique reste une déterminante majeure en Pologne dans la définition de la position de la société face aux migrants. L’Église clame le besoin « d’une politique sage et d’une approche systémique envers la politique migratoire » (la citation provient d’interview avec l’archevêque Wojciech Polak, Tygodnik Powszechny, n. 43, 2017). En concluant, il souligne que nous devons « aider et rester ouvert » au problème des immigrants en Europe.

Catherine Withol de Wenden, professeure à l’Institut d’Études Politiques à Paris, présente des conceptions différentes des politiques migratoires en Europe pour les années à venir. Selon elle, les migrations régionales deviennent un problème global. Ce phénomène est lié aux événements suivants :

  • les différences de développement des régions dans le monde,
  • les crises politiques et économiques,
  • la réduction des prix de transport,
  • le faible d’espoir d’améliorer les conditions de vie dans les pays en voie de développement,
  • l’accesibilité aux médias, qui développent une conscience sociale,
  • les changements climatiques.

Durant les dernières années, environ 5% de la population sur Terre est en mouvement. Le flux de migration mondiale sur notre planète mène vers le Nord riche (les pays développés) depuis le Sud pauvre (les pays en voie de développement). L’Europe devient la première direction choisie par les migrants de l’Afrique et de l’Asie. Les autres destinations migratoires sont : les États-Unis, les pays du Golfe et la Russie. En 2016, 244 million de migrants ont choisi ces quatre destinations. Selon Catherine Withol de Wenden, nous voyons aujourd’hui de nouvelles catégories de migrations apparaître :

    • les retraités (l’élargissement du tourisme),
    • l’asile et les migrants sans papiers,
    • les personnes en déplacements intérieurs,
    • les personnes qui migrent à cause de l’environnement et des changements climatiques,
    • les apatrides,
    • les migrants en situation irrégulière
    • les personnes « ni… ni… »,
    • les élites scientifiques, les étudiants (brain drain, brain gain),
    • les transmigrations.

Pour conclure, la professeure souligne l’importance de trois questions principales dans l’avenir :

      • l’urbanisation progressive de la planète (en 2019 il y aura 16 megamétropoles, en 2025, 29, dont les liens transnationaux et transcontinentaux se mettent en place);
      • la croissance des transferts des fonds, le développement des politiques migratoires,
      • les experts, les universitaires et les ONG.

Selon elle, les politiques doivent impérativement changer leur réthorique pour un discours constructif et il faut redéfinir les termes liés à la migration.

Catherine Gousseff, directrice du Centre Marc Bloch, commence la session consacrée aux politiques migratoires en Europe dans une perspective historique. Elle présente l’image des immigrants polonais au XXIe siècle. Après la Première et la Seconde Guerre Mondiale, suite au changements des frontières, les Polonais se retrouvent en déplacement constant. Selon elle, il est important de préciser qu’en Pologne aucun modèle de politique migratoire n’existe, en raison de l’histoire du pays.

Jacek Tebinka, de l’Université de Gdańsk, parle ensuite de la situation des Polonais dans la politique migratoire de la Grande Bretagne de la Seconde Guerre Mondiale à l’adhésion de la Pologne à l’Union européenne.

Philippe Rygiel, de l’École Normale Supérieure de Lyon, présente une intervention intitulée « États et migrants en Europe avant 1945 ». Seulement au XIXe siècle, les déplacements de populations reçoivent une reconnaissance juridique. Les flux migratoires viennent de l’Ouest vers l’Est. Par ailleurs, le XXe siècle est remarquable par l’apparition de migrants perçus comme une ressource économique et politique. La question des réfugiés est également significative.

La session suivante est consacrée aux politiques migratoires des pays européens face aux défis contemporains. Hervé Le Bras, directeur de recherche de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales de Paris, ouvre cette session. Il présente une analyse approfondie des relations entre l’immigration et le populisme dans la société française. Sur l’exemple de l’analyse de la société française durant les dernières élections présidentielles en France, le professeur prouve que les inégalités sociales et économiques favorisent le vote populiste, pour la candidate du Front National (extrême-droite), Marine Le Pen. Nous sommes tous les témoins de la création d’un nouvel ordre mondial de migration. En analysant les migrations contemporaines nous devons prendre en compte qu’1/6 d’une génération est en migration et que les catégories des migrants changent (p. ex. un expatrié devient un immigré).

La deuxième participante de cette session, Magdalena Lesińska, professeure de l’Université de Varsovie, dans son intervention, essaie de répondre à la question posée dans le titre de sa communication : « est-ce que les émigrants peuvent influencer la politique de l’État d’origine ? ». Ses vastes recherches confirment la thèse que le rôle de diaspora reste majeur pour la politique d’un pays.
La session suivante est ouverte par le directeur de Frontex, Fabrice Leggeri. Il présente les défis migratoires du point de vue de la sécurité de l’espace Schengen. Parmi les succès de l’UE, il énumère :

        • l’installation des hot-spot en Italie et en Grèce,
        • le développement de Frontex,
        • la mis en place de système ETIAS,
        • la coopération entre Frontex et Europol, qui a pour objectif d’intégrer les informations sur les migrants (p. ex. estimer le nombre des foreign fighters).

La politique migratoire devrait avant tout répondre aux besoins de l’Europe, s’occuper des questions d’asile et coopérer avec les pays de l’extérieur de l’UE.

Paweł Kaczmarczyk, directeur du Centre d’Études des Migrations de l’Université de Varsovie, parle des relations entre les politiques migratoires et la réalité migratoire de l’UE. Il souligne le rôle de la Global Approach to Migration and Mobility (GAMM). C’est une initiative qui prend en compte la dimension extérieure de l’UE pour les questions de migration et de l’asile. Selon lui, une approche horizontale est nécessaire pour la thématique de migration. Cette approche devrait mener à une approche sectorielle du problème. La présentation de Marta Pachocka (SGH) prend la suite de l’intervention précédente. Elle présente l’influence de la crise migratoire en Europe sur la réforme de la politique de l’UE relative à la migration, à l’asile et à la gestion des frontières. Selon elle, l’Union se retrouve devant des problèmes majeurs malgré certains succès comme le développement de Frontex et l’accord UE-Turquie.

La dernière intervenante Agnieszka Kulesa, du Centre de Civilisation Française et d’Études Francophones, présente les origines de l’engagement de la Pologne dans la politique migratoire. Elle présente les Partenariats pour la Mobilité, instruments pratiques principaux de la coopération dans le cadre de GAMM. La Pologne a signé 8 partenariats.

Durant la dernière session sur les rôles des acteurs non-Étatiques dans la définition des régimes migratoires, les personnes suivantes participent : Aurélie Ponthieu évoque Médecins sans Frontières, tandis que Dorota Heindrich et Justyna Nakonieczna-Bartosiewicz (Institut des Relations Internationales, Université de Varsovie) présentent les modèles d’action des acteurs transnationaux dans le domaine de politiques migratoires dans les situations de crise sur l’exemple de l’Amnesty International.

Pour conclure, Nicolas Maslowski, directeur du CCFEF, souligne la nécessité de réflexion sur les politiques migratoires contemporaines dans une perspective antique et historique. Selon lui, cette conférence d’une manière satisfaisante présente les problèmes de migration et de globalisation de l’Europe contemporaine dans une approche interdisciplinaire.

Le lendemain, le 31 octobre a eu lieu la conférence des jeunes chercheurs « Réponses politiques au phénomène migratoire ».

La première session est consacrée aux instruments de gestion des migrations. Kinga Szczawińska (WNPiSM UW) parle du rassemblement familial dans la politique migratoire de la Pologne et du Pays-Bas. Puis Michał Wiącek (UW) présente les principes de la politique migratoire canadienne et la question de newcommers au Canada après 2015. Gauthier Graslin (CCFEF) décrit la politisation de la question migratoire en Pologne. La session se termine sur la communication d’Aneta Nisiobęcka (IPN), qui parle des négociations franco-polonaises concernant la signature du premier accord d ré-émigration, en 1946.

La deuxième session est une tentative d’analyse de processus d’intégration des immigrants en Europe. Agata Tarnacka (Université de Kardynał Stefan Wyszyński) présente les régulations judiciaires et leurs conséquences sur l’intégration des immigrants dans l’UE. Elle pose la question du retour vers l’assimilation ou de la retraite de multiculturalisme. Renata Stefańska (UW) présente sa communication sur l’intégration obligatoire des citoyens comme réponse à la crise de la politique de multiculturalisme en Europe occidentale. Jacek Kubera (Institut Occidental, Poznań) présente le résultat de ses recherches sur la distinction de la diaspora polonaise en France dans le modèle d’intégration des immigrants en France. À la fin de cette session, Łukasz Skoczylas (Université d’Adam Mickiewicz, Poznań) parle de la crise migratoire et du déclin de la politique de multiculturalisme en Europe.

Durant la troisième session intitulée « Migrations et réfugiés dans le discours public », quatre intervenants présentent les résultats de leurs recherches. Monika Szulecka (UW) parle de la politique du gouvernement polonais face à la crise migratoire en Europe. Justyna Szałańska (UW) présente une analyse comparative du discours sur les réfugiés sur les sites polonais wyborcza.pl et niezalezna.pl, dans le contexte de la suppression de camps des réfugiés à Calais. Karolina Podgórska (UW) parle de la question des migrations durant la campagne présidentielle de 2017. Enfin, Maciej Szatan (Université d’Opole) présente la place des migrations dans la réflexion de l’Église catholique.

De ces deux jours de colloque, enrichis par un débat exigeant et des conclusions constructives sur les perspectives pour l’avenir, il convient de souligner l’importance de la thématique des migrations et des politiques migratoires pour l’Europe contemporaine. Ce colloque est né d’une grande passion et d’un engagement des organisateurs et des participants de France et de Pologne autour de cette thématique. L’idée d’organiser cette conférence venait de la chercheuse de CCFEF, Agnieszka Kulesa. Ces deux conférences ont permis de partager les expériences et de définir les nouveaux défis liés aux questions des migrations.


Une réflexion sur « Compte-Rendu du colloque Politiques Migratoires »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.